Il est temps de s'attaquer sérieusement au problème des déchets plastiques

La pollution plastique représente la deuxième plus grande menace environnementale après les changements climatiques.

Les déchets plastiques sont partout : dans nos rues, dans nos parcs, dans nos rivières et dans les immenses îlots de déchets de l'océan. Comme les microplastiques remontent la chaîne alimentaire, ils sont maintenant présents dans nos organismes.

Si vous pensiez que le problème était résolu lorsque le gouvernement Trudeau a annoncé l'interdiction des plastiques à usage unique, détrompez-vous !

Le projet de règlement décrivant la manière dont « l'interdiction » sera mise en œuvre est si faible et plein de lacunes que nous sommes en droit de nous demander si le gouvernement est vraiment sérieux dans sa volonté de s'attaquer à ce problème.

Tout d'abord, le règlement exclut un grand nombre des articles en plastique à usage unique les plus courants qui jonchent nos plages - les tasses à café et les couvercles, par exemple. Pire encore, il permet que des articles interdits au Canada continuent d'être fabriqués ici et exportés vers d'autres pays. Ils finissent toujours dans l'océan mais n'échoueront peut-être pas sur nos plages.

Cela ne doit pas durer.

La pollution plastique est une crise mondiale et il faut commencer à la considérer comme telle.

Veuillez signer cette lettre adressée au ministre de l'Environnement et du Changement climatique Steven Guilbeault pour l'exhorter à renforcer le règlement sur l'interdiction des contenants à usage unique proposé par le gouvernement ?

Merci d'ajouter votre voix.